2021-05-28
27 mai 2021, 18:17 | BELSAT
Manifestations à Minsk, le 9 août 2020.
Source : BELSAT

Belsat.eu livre les noms des personnes dont la mort est liée à la répression des manifestations post-électorales au Bélarus.

Il y a au moins 15 noms sur cette triste liste.

Aliaksandr Taraïkoùski, 34 ans, participant aux manifestations. Il a été tué par balles par des agents des forces de l’ordre près de la station de métro Pouchkinskaïa à Minsk le 10 août.

Henadz Choutaù, 44 ans, participant aux manifestations. Il a été tué par balles par l’officier en civil Raman Haùrylaù le 11 août à Brest.

Mikita Kryùtsoù, 29 ans, participant aux manifestations. Le 11 août , il a disparu alors qu’il se rendait à son travail à Minsk, et le 22 août , il a été retrouvé pendu.

Aliaksandr Boudnitski, 53 ans. Il a disparu à Minsk le 11 août, sa mort a été signalée le 31 août. Selon la version officielle, il est décédé d’une intoxication alcoolique le 12 août.

Aliaksandr Vikhor, 25 ans. Il est décédé le 12 août après avoir été arrêté par les forces de l’ordre à Homiel.

Henadz Kisel. 50 ans. Le 12 août, il a été tué par un garde du KGB, Leanid Chtaïda , qui l’a poignardé au cou avec des ciseaux.

Kanstantsine Chychmakoù, 29 ans, membre de la commission électorale de Vaùkavysk. Il est connu pour avoir refusé de signer le protocole officiel. Le 15 août, il n’est pas rentré chez lui après le travail. Le 18 août, il a été retrouvé mort ; selon les autorités bélarussiennes, il s’est suicidé.

Artsiom Paroukaù, 19 ans, participant aux manifestations. Le 16 août, il a été heurté par une voiture sur l’avenue Partyzanski à Minsk.

Stanislaù Chour, 31 ans, participant aux manifestations. Le 19 août, il s’est pendu dans les locaux d’une usine de génie électrique de Minsk, où il travaillait.

Siarheï Radtchenia, 36 ans. Le 18 septembre, il s’est immolé par le feu sur le perron du service de police de la ville de Smaliavitchy. Il est décédé le 25 septembre.

Dzianis Kouzniatsoù, 41 ans. Le 29 septembre, il a été conduit à l’hôpital de soins d’urgence depuis le centre de détention de la rue Akrestsina à Minsk. Le patient avait de nombreuses blessures, un traumatisme cranio-cérébral avec plaie ouverte ; il est décédé le 3 octobre à l’hôpital.

Raman Bandarenka, 31 ans. Le 11 novembre, il a été tabassé et enlevé de la Place des Changements, à Minsk, par des personnes en civil qui coupaient les rubans blanc-rouge-blanc dans la cour d’immeubles. Ensuite, Bandarenka a été emmené à l’unité de neurochirurgie du commissariat de police du district Tsentralny, où il a passé environ deux heures. Le 12 novembre, il est tombé dans le coma et est mort de graves blessures à la tête.

Siarheï Chtchatsinka, 57 ans. Il a été arrêté le 12 novembre dans la ville d’Assipovitchy, puis condamné à 10 jours de prison. Selon sa famille, il a contracté le COVID-19 dans la maison d’arrêt et est décédé le 11 décembre.

Vitold Ashurak, 50 ans, participant aux manifestations. Il a été arrêté le 19 septembre. En janvier, il a été condamné à cinq ans d’emprisonnement. Le 21 mai, les autorités ont informé les proches de sa mort qui aurait été provoquée par un arrêt cardiaque.

Dzmitry Stakhoùski, 18 ans. Il a été accusé d’avoir participé à des « émeutes de masse » en août. Le 25 mai, il s’est suicidé ; dans sa note, il a blâmé le comité d’enquête bélarussien ; ses agents auraient exercé des pressions sur lui.